Le tissage japonais ou kumihino

Cordons en tissage japonais ou kumihino

J’ai beaucoup de coton mouliné et a broder dans mon stock et comme je ne brode plus, mes yeux ne me le permettent plus , je ne savais pas comment utiliser et surtout mettre en valeur tout ce coton de qualité. DMC est reconnu pour être une marque de prestige en qualité de coton de broderie, j’allais pas jeter mon stock. J’ai donc appris a faire des cordons japonais parce que je trouvais que les cordelettes que je fabriquais jusqu’à présent manquaient de solidité

Le cordon doit faire deux millimètres d’épaisseur, je le juge un peu trop fin, les cordons suivants sont réalisés avec 16 fils et donnent des cordons de trois ou quatre millimètres

De quoi réaliser des bracelets Kumihimo, des ceintures,  des lanières et beaucoup d’autres cordons solides, bien plus solides que les cordelettes que j’utilisais avant de connaitre cette technique. Ou bien des cordons attache lunettes, d’autres idées vont venir au fur et a mesure de la création des cordons.

Comment réaliser un cordon japonais ou kumihimo

Le kumihimo ou corde tressée en japonais sert a créer des cordons et des rubans, historiquement ils servaient aux samouraï pour attacher leurs armes et leur chevelure. Selon la technique et le nombre de de fils utilisés ( leur épaisseur aussi ) on peut créer des motifs variés a l’infini.

Pour réaliser mon cordon ,j’ai utilisé un disque en plastique cranté de 1 a 32 donc avec 32 encoches , on peut aussi le fabriquer soi-même avec un carton rigide, du fil de coton perlé et des restes de coton a crocheter.

Pour la longueur du fil a utiliser, il faut multiplier par 2.5 la longueur du cordon fini, soit pour un cordon de 1 m , il faudra un fil de 2.5 m .

1

Mon cordon est un cordon à 8 fils, je commence par les nouer ensemble et je les place dans le trou central, puis je le prends un a un pour les placer dans les encoches (7/8 ), (15/16) , (23/24) et (31/32). Avec une de mes mains je maintiens le noeud au centre a sa place et je tends les fils que j’ai placé dans les encoches. Si les fils sont trop longs ( ce qui risque d’être le cas !) je conseille de les enrouler sur des petites bobines, par exemple les poissons utilisés pour le jacquard au tricot.

2

Maintenant le tissage a proprement dit, je prends mon fil de l’encoche 32 et le place bien tendu dans l’encoche 14, ne pas oublier de maintenir le noeud central a sa place.

3

Je prends mon fil 16 et le place sur l’encoche 31, on voit que mes deux séries de deux fils sont décalés vers la droite si l’on regarde en bas et a gauche si l’on regarde en haut.

4

Je tourne mon disque d’un quart de tour avec la droite et je fais pareil avec le 8 dans l’encoche 22 

5

Puis je passe le fil 24 dans l’encoche 7, a ce stade tout mes fils sont décalés d’un cran, en réalité nous n’en avons bougé que 4 , les quatre autres sont restés fixes ( les 7/15/23/31 )

6

On va bouger maintenant les 4 fils qui n’ont pas été bougés lors du tour précédent cette fois on va prendre le fil 15 et le mettre dans l’encoche 30

7

Puis le fil 31 dans l’encoche 13, toujours faire passer les fils dans le même sens, si je dois m’arrêter je laisse trois encoches avec fils pour savoir ou j’en suis.Puis on continue en respectant l’ordre des fils et en tournant le disque d’un quart de tour a chaque passage de 2 fils

Voilà a quoi ressemble le cordon fini 

Auteur : Veronelle

UN PEU DE MON HISTOIRE Autodidacte passionnée de plantes de fibres et d'art textile, il y a 10 ans j'ai déménager cela m'a donné l'occasion de me former dans ces domaines passionnants. Voulant rester dans le domaine de l'art artisanal je ne propose que des modèles uniques a la vente. ils le sont par le bain de teinture, par la forme mais aussi par la matière , parfois ce sont les trois composantes qui sont uniques. La teinture végétale selon la fibre, le moment de la récolte de la plante, la partie du végétal donne une teinture qui lui est propre et ne peut être reproduite a l'identique. Bien souvent , je dis que c'est la matière qui détermine son utilisation, lorsque je file une laine, je ne connais pas son devenir, et bien souvent je dois faire des essais pour donner la forme qui convient a la dite fibre, ce qui va donner une garantie de qualité et des créations uniques Je crée aussi des fichiers numériques

Une réflexion sur « Le tissage japonais ou kumihino »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :