Comment changer de fil dans un rang de crochet

Je suis en train de crocheter un rang et je me rends compte que j’en ai pas assez pour terminer le rang, une solution démonter la partie crochetée et commencer a la lisière avec un nouveau fil ou les joindre dans le rang. Je ne fais jamais de noeud, ceux-ci sont inesthétiques et peuvent facilement se défaire que ce soit dans un tricot, crochet ou tissage. 

Pour joindre mes deux fils, je commence par les mettre l’un a coté de l’autre sur 5 a 10 cm ( de quoi réaliser 5 a 10 points ), je crochète le fil trop court en incorporant le nouveau fil dans le point que je suis en train de crocheter, je crochète ainsi trois ou quatre points, puis je prends le nouveau fil et je fait pareil en incorporant ce qui reste de l’ancien fil dans les points de crochet du rang

Avec deux couleurs différentes, la partie crochetée est en noir et celle ajoutée en blanc, je plie le début du fil blanc en deux pour faire un anneau et le passer dans la boucle du fil noir

Ici c’est le fil noir qui va former une boucle dans le fil blanc le fil blanc ne sera plus crocheté il sera « enfermé  » dans les mailles du rang. Je continue a crocheter le rang avec le point sélectionné pour l’ouvrage, ici ce sont des mailles serrées, en crochetant la partie du fil la plus longue, l’ancien fil de fin de pelote et le nouveau fil se trouvent tout les deux « enfermés dans les points « , bien faire attention de les aligner sur les mailles du rang précédent

Le résultat a chaque couleur, il y a eu changement de fil et cela ne se voit pas sur l’ouvrage fini, on croirait que le fil est d’un seul tenant quand a la solidité, cela ne pose aucun souci tant que les jonctions ne se font pas sur la même maille, il faut veiller a ce qu’il y ait au moins un décalage de 10 mailles pour faire une nouvelle jonction

Donner du gonflant a la laine filée main

J’ai commencé par faire mon test avec des restes de mérinos 100 % en utilisant la vapeur du fer a repasser, mais l’essai ne fut pas très concluant , peut-être n’y avait-il pas assez de laine. Il ne faut pas mettre le fer sur la laine, mais la mettre au contact de la vapeur sortant du fer !

Deuxième essai;  cette fois avec un écheveau de 250 grammes de mérinos 100 % filé main, j’ai fait chauffer de l’eau dans une casserole et laissé bouillir puis j’ai passé l’écheveau a la vapeur, en le tournant plusieurs fois au dessus de la casserole en essayant de  répartir la vapeur uniformément , résultat, l’écheveau a pratiquement doublé de volume.

Mais ça sert a quoi d’avoir plus de gonflant : plus d’air dans la fibre, signifie plus de chaleur, de douceur mais aussi un ouvrage plus léger et agréable a porter . Plutôt que de tricoter avec des aiguilles 3.5 , des aiguilles 4 feront très bien l’affaire pour un fil identique.

Tension des fils de chaine ( petite astuce )

Il arrive qu’en cours de travail les fils de chaine se détendent, il y a deux solutions soit démonter et retendre ou bien caler , pour ma part j’ai opté pour le calage, pour ce faire j’ai utilisé les tiges de ourdissage de mon métier Harp de Kromski cela permet de sélectionner les fils qui sont trop lâches et de garder ceux qui sont tendus

La méthode qui consiste a retendre la chaine pour ma part n’a pas été d’un franc succès, cela ne peut se faire que sur de petites longueurs, la meilleure des méthodes étant de bien tendre les fils au départ. Quand je parle de retendre les fils de chaine c’est les enrouler sur l’ensouple avant et de les réenrouler sur l’ensouple arrière c’est une méthode que je n’ai pas trouvée efficace avec mon métier a peigne envergeur et encore moins avec mon métier a cadres, les fils sont tendance et se fragiliser avec le frottement des lices et du peigne en avec les mouvements en avant et en arrière.

___________________________________________

La méthode qui est indiquée en premier est celle que j’ai utilisée dans mes débuts, que j’ai abandonnée pour une autre technique plus efficace, celle des crochets de penderie, j’en ai une vingtaine et c’est bien suffisant pour lester les quelques fils trop lâches.

Quand un fil a trop de mou, j’accroche mon crochet de penderie dessus et la tension est rétablie , si c’est deux fils, je mets deux crochets ou accroche les deux fils ensemble, cela ne va gêner aucunement la marche du tissage, j’avais prévu de rajouter des poids aux crochets mais cela n’est nullement nécessaire, les crochets se suffisent a eux -mêmes. Le photo du haut ne présente pas bien l’astuce vu que mes fils de chaine sont tous suffisamment tendus mais cela montre le principe.

Quand je baisse les cadres ( mon métier est un métier a la baisse ) , c’est Noel, les crochets qui s’entrechoquent font un tintement de clochettes, c’est sympa comme son

%d blogueurs aiment cette page :