Les vilaines pointes des toisons

Lorsque que l’on lave une toison après le tri, il se peut qu’il reste des méches collées ensemble par la boue ou autres saletés, après vérification si elles ne sont pas cassantes, elles sont bonnes à filer, les couper réduirait la taille des fibres risquerait d modifier le filage passant de fibres longues à filage de fibres courtes

Après un premier lavage, la laine est propre , l’eau de rinçage est claire, mais il reste des mèches sales et collantes, il me reste à laisser sécher ou a relaver avec du percarbonate de soude

Après lavage au percarbonate de soude, il reste encore des pointes sales, les autres sont jaunes, j’ai testé le jet d’eau ça fonctionne modérément mais consomme énormément d’eau c’est donc a exclure, le savonnage mèche par mèche donne un bon résultat mais risque grave de feutrage des mèches là encore méthode a exclure

Il reste une solution les séparer manuellement ou avec un peigne a chien ou a poux, beaucoup de travail en perspective mais si la toison est belle ça vaut le coup

C’est mieux mais pas parfait, si l’on a pas la patience de tout séparer et peigner, il reste la teinture

Traitement de la laine  » le superwash »

Une de mes toisons en train de tremper

Le superwash est un traitement chimique qui permet a la laine lorsqu’on la lave de ne pas feutrer. Face a la concurrence de l’acrylique et fibres synthétiques dans les années 1970 l’industrie lainière a du créer une méthode qui puisse mettre en concurrence ces fibres a savoir mettre la laine a laver en machine et même au séche-linge. Mais dame nature ne se laisse pas faire aisément parce que le propre de la laine quand on la lave et qu’elle subit des frottements et des chocs thermique, elle feutre et rétrécit. C’est désolant que de voir le beau pull taille 40 acheté cher au bout d’un lavage, voir celui-ci transformé en taille enfant ne donne plus envie d’acheté quoi que ce soit en laine, je connais mais j’ai eu l’expérience avec la laine superwash mais aussi avec de l’acrylique et ceci dans les années 70, les méthodes ont du évoluer depuis tout ce temps.

Le traitement superwach ( traitement chimique ) permet de lisser les écailles de laine afin qu’elles ne s’ouvrent pas et ne s’imbriquent pas les unes dans les autres. Une laine superwash boulochera moins qu’une laine non traitée.

Les traitements pour avoir une laine superwash

 

La première méthode est d’enduire le fil d’un polymère (résine) pour que les écailles ne s’accrochent plus entre elles mais cela fait perdre a la laine ses qualités hygrophobes . La deuxième méthode consiste a tremper la laine dans un bain d’acide et puis il y a le traitement Kroy-Ercosett qui combine les deux méthodes., il existe aussi le procédé Hercosett au chlore

Divers traitements tels que des traitements de chloration, des traitements oxydants, des traitements alcalins et des traitements à la résine ont été utilisés pour réduire le retrait au feutrage de la laine. Aucun de ces traitements, cependant, n’a été entièrement satisfaisant. Ainsi, les traitements de chloration nécessitent un contrôle étroit des conditions pour empêcher une perte générale du caractère de laine souhaitable du tissu fabriqué à partir de celui-ci et une réduction des qualités d’usure. De plus, les traitements de chloration entraînent une fragilité du tissu et lui confèrent également un toucher rêche.

Les traitements oxydants, comme avec les composés peroxyde et le permanganate, sont également difficiles à réaliser de manière à obtenir une résistance adéquate au retrait sans endommagement excessif des fibres. Les traitements alcalins, comme avec la soude caustique ou la potasse à partir de solvants secs sont désavantageux du point de vue du coût en raison de la nécessité de systèmes de récupération de solvant et d’autres équipements spéciaux. «Les traitements à la résine, tels que la méthylolmélamine méthylée et le nylon méthylé, entraînent une perte des propriétés subjectives du tissu. De tels traitements nécessitent en outre un durcissement à haute température et un taux d’addition élevé pour obtenir une résistance au retrait acceptable. Ce taux d’additif élevé provoque un raidissement plus ou moins permanent du tissu et, en outre, augmente le coût. nécessitent un durcissement à haute température et un niveau d’addition élevé pour obtenir une résistance au retrait acceptable.

Et je ne parle pas de la pollution de l’air, des sols et des rivières mais tout cela se passe principalement en Chine ou la laine de nos éleveurs y est traitée du moins la laine que l’on trouve dans les enseignements qui vendent de la laine industrielle. Pour vous donner une idée de la détérioration de la laine imaginez un de vos cheveux qui aurait subi un tel traitement pareil et que l’on va vous remettre sur la tête en vous disant que ça allait vous couvrir et vous tenir la tête au chaud, vous n’en voudriez plus, c’est pareil pour la laine entre le moment ou elle est sur le dos du mouton et celui ou vous l’achetez et je ne parle pas de la carbonisation dont je fais mention dans l’article sur le lavage de la laine

https://lefilboutabout.wordpress.com/2021/07/16/traitement-de-la-laine-le-lavage/

Je vais arrêter la liste de produits chimiques et toxiques qui sont employés pour avoir une laine morte qui a perdu toutes ses qualités premières. Il existe un procédé certifié GOTS qui n’inclut pas le lavage au chlore mais utilise tout de même des résines polymères écologiques.

Si sur l’étiquette d’une laine, il est mentionné lavage en machine, celle-ci est superwash c’est parfois la seule indication que l’on a sur la nature de la fibre, une fibre traitée superwash n’a plus rien de naturel, autant acheter des fibres synthétiques plus abordables

Lorsque je me suis mise a filer ma propre laine, j’étais loin de deviner ce qui m’attendait et pourtant je ne regrette pas, c’est un monde, un univers qui s’est ouvert a moi. Je trouve la laine du commerce, je devrais dire laine industrielle morte sans énergie, j’ai mis du temps a comprendre pourquoi il y avait tant  » à manger  » avec la laine que j’avais récupérée en toison et pourquoi de plus en plus je ne veux plus utiliser de laine industrielle, il n’y a pas que le traitement des animaux qui serait un sujet aussi a évoquer mais bien le traitement de la fibre qui rentre de plus en plus en ligne de compte. Bien sûr qu’il faut laver la laine a 30° et a la main, sans frotter avec un savon glycériner, la laine se lave comme on lave ses cheveux sans agression en douceur, le séchage loin d’une source de chaleur a plat, de préférence apres avoir roulé dans une serviette éponge pour faire sortir un maximum d’eau. La laine ne se lave pas a chaque fois qu’on l’a portée, elle est antistatique , une fois de temps en temps quand elle perd de sa fraicheur c’est suffisant. Elle ne se repasse pas ou délicatement a une température adaptée, pour la mettre en forme, il faut l’humidifier et la positionner a la forme voulue a plat et la laisser sécher

Le mouton ça sent pas bon et c’est pas propre

Noire du Velay qui fait trempette

Il pleut, il pleut bergère

Il pleut, il pleut bergère,
Rentre tes blancs moutons.
Allons à la chaumière
Bergère vite allons.
J’entends sous le feuillage
L’eau qui tombe à grand bruit.
Voici venir l’orage,
Voici l’éclair qui luit.

J’ai longtemps cru que la laine de mouton était d’un blanc immaculé, après tout c’est bien ce que dit la chanson que tout les enfants de ma génération et des générations précédentes ont apprise a l’école dès la maternelle. Il n’en est rien, nous seulement la laine de mouton brute est sale mais en plus elle a une odeur qui ne sent pas la rose, certaines aiment d’autres pas du tout et j’en fais partie.

Quand on dit qu’une toison est propre c’est qu’on a pas besoin de la laver avant de la filer, c’est rare, très rare même exceptionnel, j’ai pris de la Noire du Velay pour mon exemple afin de ne pas rebuter les futures fileuses de toisons locales, sachant que la noire du Velay et déjà noire d’origine !!!

Premier trempage dans de l’eau chaude et macération pour que la terre, boue et autre débris se décollent des fibres, la paille, crottes et les gros débris ont été préalablement supprimés et mis au compost lors du triage de la toison , l’eau est tout de suite noire , a ce stade je ne mets pas de détergent genre liquide vaisselle. Je laisse macérer jusqu’à ce que l’eau soi froide et je procède a un premier rinçage a l’eau froide

Deuxième macération mais cette fois avec du liquide vaisselle, savon noir ou autre dégraissant ( il faut prendre un liquide vaisselle qui dégraisse pas un liquide vaisselle premier prix sinon autant ne rien utiliser ), l’eau est toujours sale, j’attends que le liquide refroidisse et je rince sommairement a l’eau froide

Troisième rinçage, il reste encore des micros particules au fond de l’évier

L’avant dernier rinçage, mieux vaut rincer des petites quantités a la fois , et ajouter ce qui reste dans l’eau qui a déjà servi, il faut savoir que  » le lavage des toisons de blancs moutons  » consomme énormément d’eau, alors autant utiliser de l’eau de pluie quand on en a à disposition

%d blogueurs aiment cette page :